FootEyes c’est…

Foot Eyes c’est…

      • une marque déposée

      • un label (de qualité pour ce qui aide notre système nerveux)

      • un travail d’équipe

      • un regard attentif

Le premier objet « FootEyes » que l’on connaisse, c’est le bureau de Victor Hugo.

Qu’a-t-il de particulier ? Il est haut !

On peut le voir à Paris, place des Vosges. Une plaque en laiton explique : « Bureau où Victor Hugo aimait écrire debout ». Le visiteur, le regarde un instant, lit la phrase et passe dans la pièce à côté. Deux minutes plus tard ce meuble est complètement oublié, sorti de sa mémoire. La preuve : vous n’avez jamais entendu parler du bureau de Victor Hugo, n’est-ce pas ?

Le regard attentif FootEyes, au contraire, nous fait le regarder, l’observer et essayer de le « comprendre ». C’est la puissance de ce bureau qui nous saute aux yeux. Puissance neuro ergonomique, puissance neuro pédagogique. Mais ces mots là font peur, nous le savons bien. Pourtant…

Quand Victor Hugo écrivait debout une pièce de théâtre,

vers la gauche, il voyait ses acteurs, côté cour. Le cadre accroché au mur c’était le visage qu’il venait de décrire ; le balai dans l’angle c’était un personnage dont il gardait facilement en mémoire la posture et la dernière réplique…

En se tournant vers la droite, c’est le côté jardin qu’il imaginait « concrètement ». Face à ces objets familiers qu’il chargeait de vie et transfigurait au gré de son imagination et de son écriture, il se mettait au coeur de son histoire. L’écrivain jonglait avec les scènes, les personnages et les rebondissements… Il vivait son roman ou sa pièce de théâtre. C’est ainsi qu’il a repoussé ses limites : fatigue, lassitude, engourdissement… etc. Ce bureau est « FootEyes » parce qu’il a facilité l’oeuvre de la mémoire, de la création et de l’imaginaire du grand écrivain.

Ce bureau HAUT explique peut-être à lui seul pourquoi cet homme a été exceptionnel, a eu une rue à son nom (de son vivant, ce qui est très rare, vous le savez bien), a eu des obsèques nationales… et pourquoi il a été aussi productif.

Ce que l’on peut remarquer, c’est que les mêmes objets : le SenseBall, l’OPTIMIZER FootEyes (dont on va parler), comme le bureau de Victor Hugo… peuvent avoir une puissance neurologique OU PAS, selon la façon dont on s’en sert. C’est pour cela que l’on m’invite et qu’un Atelier FootEyes est bien utile tous les 2 ou 3 mois environ. On y refait le point (Check-up) pour chacun des participants.

Car la progression des jeunes est constante. Il convient d’entretenir le désir, la passion, le plaisir. Il faut maintenir un usage judicieux de ces accessoires et là, ce sont les joueurs et joueueses, les coachs, les éducateurs, les enseignants, les parents qui ont leur rôle à jouer. Et, de temps en temps, un Atelier FootEyes pour franchir de nouvelles limites.

Ce travail d’équipe nous fait tous progresser constamment et nous permet de découvrir de nouveaux jeux ou de nouveaux accessoires que l’on peut labelliser. FootEyes est donc un moment et un moyen de partage extrêmement enrichissant. Et bien au-delà de ce que l’on pense.

Actuellement, si l’on trouvait des Entreprises pour fabriquer l’OPTIMIZER FootEyes en France ou pour créer un nouveau bureau FootEyes (du 21ème siècle évidemment), ce serait parfait. Les besoins et les idées ne manquent pas. Et l’avenir économique de notre pays passe par là et par l’intelligence de nos jeunes. C’est eux qui détiennent l’avenir dans leurs mains et grâce à leurs cerveaux.

L’Atelier FootEyes que nous mettons en place dans le domaine du football est un Check-up afin de révéler ou de réveiller le potentiel qui « dort » en chacun d’eux.

Pour y parvenir, nous avons choisi des accessoires déjà évoqués : Le SenseBall – l’OPTIMIZER FootEyes et des jeux spécifiques pour la mise en « mouvement » de tout ce que nous sommes, mais surtout de tout ce que nous pouvons être.

En clair, on a tous des imperfections à corriger et de nouveaux potentiels à mettre en oeuvre puisqu’ils apparaissent au fur et à mesure que l’on progresse.

Notre potentiel neurologique est bien caché,
mais il est bien réel.
Et il a besoin de nous.

L’atelier FootEyes s’appuie sur 3 piliers :


FootEyes
TuVois, FootEyes TVu, FootEyes TCap

« Une image vaut mille mots et parfois cent mille mots, si c’est la bonne image. » Ce n’est pas moi qui le dis, mais Peter Doherty (Prix Nobel de médecine). Il sait de quoi il parle.  L’image entre directement en communication avec notre système nerveux. Elle peut émouvoir, faire rire ou pleurer… Et, dans l’atelier FootEyes, nous nous en servons pour corriger les imperfections, que notre système neurologique détecte tout seul, analyse instantanément et améliore. Des caméras placées aux bons endroits, une re-vision immédiate ou au meilleur moment… et c’est fait.

Avec FootEyes, TuVois SANS EFFORT
et ça corrige SANS DÉLAIC’est quasiment magique !

Plus que jamais, il faut avoir conscience que l’on est vu, donc que l’on nous regarde, qu’on le veuille ou non. Et il faut savoir analyser, en toute objectivité, ce que l’on fait, sans se rabaisser ou se dévaloriser, mais aussi sans excès de tolérance ou d’indulgence qui mènent souvent à la médiocrité (prétention, excès de confiance… etc.).

Avec FootEyes TVu on se regarde « en face », dans un climat serein et sans jugement, ce qui conduit à la juste confiance et à la solidité intérieure. Avec FootEyes TVu on prend de la distance, de la hauteur par rapport à soi-même.

C’est l’action ! Elle est indispensable pour faire évoluer notre système neurologique, qui, depuis neuf mois avant notre naissance, veille sur nous 24/24 et 7/7.

Les jeunes demandent sans cesse plus à leur cerveau. C’est normal.

Avec FootEyes TCap on attire leur attention sur 2 questions que leur cerveau se pose en permanence :

Est-ce que, raisonnablement, ton système nerveux peut faire ce que tu lui demandes ? (Manquerait plus qu’il t’arrête de respirer) et

COMMENT peut-il le faire au mieux ?

Comme notre cerveau ne parle pas, nous ne parlons pas beaucoup non plus. Nous agissons et nous essayons de le comprendre.

C’est en testant nos capacités (qu’il gère évidemment, puisqu’il gère tout), que nous entrons en communication pour lui permettre de nous « répondre ».

Par cet atelier FootEyes, TCap de parler à ton cerveau et TCap de le comprendre. Ça sert partout et pour tout et c’est sans limite : 

  • mémoire PLUS PERFORMANTE à l’école et ailleurs,
  • vitesse de vision et de déplacement AMÉLIORÉES,
  • adresse (habileté) PLUS GRANDE,
  • capacité à accélérer le jeu, à penser ou à comprendre mieux…

                                       pour n’évoquer que ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *